Professeur sur Facebook

Écrire un article au DELF B2

L’article est un type de texte beaucoup moins demandé que la lettre formelle au DELF B2. Mais il peut toujours « tomber », on ne sait jamais et d’ailleurs, c’est un exercice intéressant que vous pouvez très bien rencontrer à un autre moment dans votre apprentissage du français. C’est pourquoi j’ai choisi de l’inclure dans mon guide Production écrite DELF B2. En voici un extrait !

Découvrons le sujet

Le magazine de votre université en France invite ses lecteurs à contribuer sur le sujet suivant : peut-on être ami avec son professeur sur Facebook ? Vous décidez de participer en exprimant votre opinion dans un article construit et illustré d’exemples pertinents. (250 mots)

Comment mettre en page un article au DELF B2 ?

On ne vous demandera pas d’écrire un article comme un pro, bien sûr. Mais la mise en page compte toujours à l’examen du DELF B2, alors mieux vaut respecter certaines règles. Pour plus de clarté, voyons la présentation générale d’un article sur un schéma :

article au DELF B2

Modèle d’article au DELF B2

Et voici l’exemple de production que je vous propose.

ÊTRE AMI AVEC SON PROF SUR FACEBOOK : UNE BONNE IDÉE ?

Tu as probablement déjà croisé un professeur sur le fameux réseau social et… tu as hésité. L’inviter ou pas ? C’est risqué certes, mais une fois les précautions prises, tu vas vite en découvrir les avantages !

Inviter son professeur sur Facebook n’est certes pas sans risque. Le premier évidemment, est qu’il refuse ton invitation ! En effet, pour de nombreux enseignants le réseau social reste synonyme de « perte de temps ». Ils prétendront être trop occupés pour regarder tes photos de vacances…

Reconnais également qu’un professeur ne peut pas être un ami comme les autres. D’ailleurs, de nombreux étudiants doutent qu’il puisse avoir une vie après les cours ! Il est important pour l’enseignant de savoir garder ses distances. En effet, il joue aussi un rôle d’évaluateur qui doit se faire respecter. Il pourrait également s’inquiéter de sa sécurité, comme le montrent certains cas de harcèlement sur les réseaux.

Cependant, ce sont des risques qu’il n’est pas très difficile d’éviter. En effet, le terme d’« ami » sur Facebook est un peu ambigu. Il faudrait plutôt parler de « contacts » qui seront plus ou moins proches en fonction de tes préférences. Tu peux notamment paramétrer ton compte pour choisir qui peut regarder tes photos.

D’ailleurs, certains enseignants choisissent de créer un compte professionnel, car ils trouvent au réseau social de nombreux avantages sur le plan pédagogique. D’abord, il constitue un excellent moyen de diffuser des informations sur les cours. Ensuite, des élèves un peu timides y trouveront une solution plus rassurante pour poser des questions. Enfin, moins de formalisme dans les échanges peut améliorer par la suite l’ambiance dans la classe.

Alors, n’hésite plus à inviter tes enseignants sur Facebook. Si tu sais garder tes distances, tu pourras profiter pleinement de ce nouveau mode de relation pédagogique.

Stéphane WATTIER.

À vous !

Vous pouvez vous aussi écrire un article sur le même sujet et le poster dans un commentaire. Je vous donnerai ensuite des conseils pour améliorer votre texte, si vous en avez besoin !

Vous avez aimé cet article ? Merci de le partager sur vos réseaux !

Production écrite DELF B2

enfin un guide complet !

Besoin d’aide pour préparer l’examen ? Essayez ce guide avec plus de 150 pages d’exercices et de conseils.

Taxi

Oral DELF B2 : l’ubérisation

Voilà un sujet bien d’actualité, dont il est souvent question dans la presse. Il vous permettra également de travailler 2 des thèmes les plus fréquents  à l’oral du DELF B2 : le monde du travail et les technologies de l’information et de la communication.

Découvrons le sujet

Pourquoi il ne faut pas avoir peur de l’ubérisation…

Elle n’a pas fini de susciter des craintes… Mais qu’est-ce que l’ubérisation exactement ? Le principe est de mettre en relation directe, grâce à des applications numériques, des personnes qui possèdent un bien sous-utilisé (par exemple une voiture) avec des personnes qui ont un besoin ponctuel de ce bien (un déplacement en ville). C’est donc une forme d’économie collaborative, où tout le monde peut participer, avec un minimum d’intermédiaires. Si l’ubérisation fait peur, c’est pour la précarisation de l’emploi qu’elle semble vouloir généraliser à toute la société : une société de travailleurs indépendants avec des faibles revenus et sans protection sociale. En réalité, il s’agit plutôt d’une période de transition entre l’ancien et le nouveau modèle économique. Le système doit encore trouver son équilibre. Mais il est certain que dans le futur les clients accepteront de payer plus cher et que les rémunérations seront plus équitables, afin que tout le monde tire profit de l’économie collaborative.

D’après Yann Truong, Le Huffington Post, 14.10.2016

Modèle de plan

Le problème posé est celui du développement d’un nouveau modèle économique, appelé ubérisation, du nom de l’entreprise Uber, qui met en relation directe, via une application mobile, des personnes qui ont besoin de se déplacer et des chauffeurs. Malgré les débats que ce modèle provoque, l’auteur de l’article affirme qu’il ne doit pas nous faire peur, qu’il réussira à satisfaire tout le monde dans l’avenir.

Exemple de problématique possible : faut-il avoir peur de l’ubérisation ?

Et voici un exemple de plan dialectique simple (type avantages et inconvénients) en 2 parties :

I. Le succès de l’ubérisation

Dans cette première partie, il s’agit de montrer pour quelles raisons Uber peut créer des richesses.

1. L’essor du numérique

  • Généralisation des smartphones : prix accessibles, simples à utiliser, outils devenus indispensables dans la vie quotidienne, etc.
  • Boom des applications mobiles : grâce au haut débit, à la géolocalisation, etc.

2. Réponse à des besoins

  • Côté clients : service simple et pratique à utiliser, beaucoup moins cher qu’un service traditionnel…
  • Côté fournisseurs de services : permet à tout le monde de gagner de l’argent en louant sa voiture (avec Drivy), en louant son appartement pour les vacances (avec Airbnb)…

II. Un modèle destructeur ?

Dans cette seconde partie, on veut montrer que dans son état actuel, ce modèle économique peut aussi être très destructeur.

1. Concurrence déloyale ?

  • Normes : les nouvelles entreprises ne sont pas soumises aux mêmes normes (sécurité, hygiène…) que les entreprises classiques qui doivent y consacrer beaucoup d’argent.
  • Conditions de travail : les nouvelles entreprises fonctionnent souvent hors du droit du travail. Par exemple, elles ne doivent pas verser de salaire minimum aux travailleurs.

2. Freins au développement

  • Insatisfaction de certains fournisseurs : précarisation de l’emploi des chauffeurs de taxi (plus d’heures de travail pour moins de revenus) alors que les clients eux sont satisfaits, donc existence d’un déséquilibre.
  • Problèmes juridiques : Uber devenu illégal dans certains pays comme la France pour son non-respect du droit du travail. Dans d’autres pays comme le Danemark, c’est Uber qui décide de partir à cause d’une nouvelle loi qui lui fera perdre de l’argent.

En conclusion : oui, il faut avoir peur de l’ubérisation pour le moment, car c’est un modèle économique encore en évolution, dont on ne mesure pas encore toutes les conséquences. Il faut attendre de pouvoir vérifier s’il va évoluer positivement comme l’affirme l’auteur de l’article.

À vous !

À vous de jouer maintenant ! Préparez votre monologue sur ce même sujet et entraînez-vous à le présenter. Je vous conseille vivement de vous enregistrer. Vous pourrez ensuite vous réécouter et même essayer d’évaluer votre production grâce à cette grille de critères. Si vous ne savez pas encore comment le préparer, je vous invite à consulter mon modèle où je décris toutes les étapes de la préparation d’un monologue.

Et n’hésitez pas à donner votre opinion sur ce sujet en commentaire !

Vous avez aimé cet article ? Merci de le partager sur vos réseaux !

Production orale DELF B2

enfin un guide complet !

Besoin d’aide pour préparer l’examen ? Essayez ce guide avec plus de 150 pages d’exercices et de conseils.